Technologies

Système air Bass

Hyper équilibré

convoyeur de courant

Réalité numérique

Fractales audio

Forme omnidirectionnelle

Filtre de transition

Fractales audio

Forme omnidirectionnelle

Filtre de transition

Système air Bass

Réalité numérique

Système air Bass

Le haut-parleur dynamique est le système le plus souvent utilisé aujourd'hui. First Rice et Kellog des laboratoires General Electric ont créé l'ancêtre du haut-parleur dynamique dans les années 1920.
La construction est fondamentalement très simple et consiste en un aimant, une bobine mobile, un diaphragme et une suspension. À cette époque, il n'y avait pas d'aimants permanents puissants, on utilisait donc une bobine de champ, qui était alimentée en courant continu.

 

Au cours des décennies, des aimants permanents de plus en plus puissants ont été conçus.

L'AlNiCo est un matériau bien connu, qui a encore une bonne réputation aujourd'hui. Il s'agit d'un alliage d'aluminium, de nickel et de cobalt. Dans les années 70, le cobalt est devenu de plus en plus cher, entre autres parce qu'il devait être extrait dans des régions d'Afrique en proie à la guerre civile. Comme alternative peu coûteuse, l'industrie s'est alors tournée vers les ferrites.

Récemment, on a ajouté du néodyme, qui est l'un des métaux magnétiques les plus puissants de tous, mais qui nécessite une géométrie différente en raison du champ magnétique court. On peut considérer que le problème de l'aimant est aujourd'hui résolu. Avec l'analyse FEM, nous disposons d'un outil qui permet d'optimiser le champ magnétique en détail.

Le sujet actuel est notre système innovant Air Bass :

Grâce à de nombreuses avancées non seulement dans le système magnétique mais aussi dans les membranes, les bobines vocales et les suspensions, nous disposons maintenant d'excellents haut-parleurs de basses. Ils ont une excursion longue et linéaire et sont très résistants.

Comme on souhaite de plus en plus que les haut-parleurs soient plus compacts, la tâche consiste à obtenir des basses profondes à partir de caissons relativement petits.

L'une des possibilités est ce qu'on appelle un système Bass reflex.

La plupart des haut-parleurs modernes utilisent ce système. Un tube de guidage sonore ou un puits plus ou moins optimisé ventile le haut-parleur vers l'extérieur. La charge d'air dans le tube crée une résonance selon le principe de Helmholz. Cette résonance étend la gamme des basses fréquences vers le bas. Les personnes techniquement expérimentées comprendront que nous n'avons plus un système de 2e ordre comme pour une enceinte fermée, mais un système de 4e ordre. Sans trop parler mathématiques, cela signifie que le haut-parleur à réflexe peut produire des sons plus profonds qu'un système fermé avec le même volume, mais la réponse en fréquence dans les basses fréquences est plus raide, disons en dessous de 40 Hz, que dans un caisson fermé.

Cette limitation de la largeur de bande se traduit par une réponse impulsionnelle moins bonne. En termes de son, cela peut conduire à ce que les très basses fréquences ne soient plus reproduites proprement ou, dans le pire des cas, à ce que le haut-parleur ait tendance à bourdonner. Un système fermé peut également être construit pour produire des basses fréquences, mais cela réduira l'efficacité et augmentera la distorsion. De nombreux haut-parleurs modernes ne parviennent même pas à gérer 84 dB à 1 W sur une distance de 1 mètre.

Pour rendre audibles les basses nouvellement ajoutées audibles, des amplificateurs très puissants sont nécessaires. 2 x 500 W ne sont pas rares et ceux de bonne qualité sont gros et coûteux. Les amplificateurs et les tubes de classe A qui ont le meilleur son ne sont généralement pas disponibles. Depuis longtemps, nous nous demandons s'il existe un moyen de sortir de ce dilemme. Une possibilité est de régler la résonance réflexe en dessous de 20 Hz, car une personne ne peut rien entendre en dessous de 20 Hz, mais seulement le ressentir, comme le "timbre doux" de certains orgues d'église gigantesques (12 Hz à 16 Hz), nous serions tirés d'affaire. Mais cela nécessite une charge d'air plus importante qu'un tube réflexe classique ne peut le prouver.

Grâce à de nombreuses expériences, calculs et mesures, nous avons d'abord découvert que la position du canal réflexe n'est pas sans importance. Il est préférable de dissiper l'énergie sonore dans le canal réflexe directement au niveau du conducteur, où l'énergie sonore est la plus élevée. Dans le système Air Bass, cela se produit directement sous le woofer. 3 canaux conduisent le son vers le bas et débouchent dans une fente visible de l'avant. Il s'agit de la voie sonore 1 : le woofer est situé dans une chambre de pression ( A ). De là, il y a des passages amortis de façon critique vers les chambres B, C et D. Enfin, ce son retardé et filtré mécaniquement s'écoule également dans les 3 canaux par des trous calculés.

Le dessin très simplifié montre l'ARA, le haut-parleur le plus élaboré que nous développons actuellement. Les perçages permettent non seulement une égalisation de la pression du son retardé du woofer, mais sont également dimensionnés de telle sorte qu'aucune onde stationnaire ne puisse se former dans les canaux vers l'extérieur. Un canal réflexe (ou tube) de construction conventionnelle résonne non seulement à la basse fréquence souhaitée mais aussi aux fréquences plus élevées. Il existe même un instrument basé sur ce principe : le didgeridoo. "Le didgeridoo est un instrument à vent de la famille des aérophones, riche en harmoniques, basé sur le principe de génération du son du tuyau rembourré et est considéré comme un instrument de musique traditionnel des Aborigènes d'Australie du Nord" (Source : Wikipédia). Nous ne voulons pas construire un instrument de musique, n'est-ce pas ? Alors nous faisons d'une pierre deux coups, c'est brillant !

Si nous réfléchissons davantage, la question se pose de savoir sur quelle fréquence nous devrions maintenant régler cette nouvelle fréquence très basse. La réponse est : à la résonance naturelle du woofer en plein air. Dans le cas de l'ARA, cette fréquence est de 18 Hz et résulte de la masse des pièces mobiles (diaphragme et bobine) et de la flexibilité (ou rigidité) de la suspension (araignée et surround). C'est là que l'efficacité du principe de l'Air Bass est la plus élevée et limite l'excursion du woofer. Grâce à une conception intelligente, cet effet peut être étendu jusqu'à presque 50 Hz. Les sons très graves ne sortent presque plus que de la fente et la course du woofer en dessous de 50Hz est de plus en plus limitée par la forte charge d'air.

D'où le nom d'Air Bass. Les basses les sons graves sont principalement produites par l'air, pour le dire simplement. Comme la loi "moins d'excursion, moins de distorsion" s'applique aux enceintes dynamiques, les basses sont reproduites beaucoup plus proprement que d'habitude. La large bande passante, jusqu'en dessous de 20 Hz, permet une réponse impulsionnelle propre. Cela peut être prouvé par des mesures dans le domaine temporel (par exemple, diagramme de chute d'eau).

Citation du rapport de test du BEO LX dans le LP 1-2019 : "Le diagramme en cascade ne montre pas de longues répliques, même pas à la limite inférieure de mesure".

Hyper équilibré

Le haut-parleur dynamique est le système le plus souvent utilisé aujourd'hui. First Rice et Kellog des laboratoires General Electric ont créé l'ancêtre du haut-parleur dynamique dans les années 1920.
La construction est fondamentalement très simple et consiste en un aimant, une bobine mobile, un diaphragme et une suspension. À cette époque, il n'y avait pas d'aimants permanents puissants, on utilisait donc une bobine de champ, qui était alimentée en courant continu.

 

Au cours des décennies, des aimants permanents de plus en plus puissants ont été conçus.

L'AlNiCo est un matériau bien connu, qui a encore une bonne réputation aujourd'hui. Il s'agit d'un alliage d'aluminium, de nickel et de cobalt. Dans les années 70, le cobalt est devenu de plus en plus cher, entre autres parce qu'il devait être extrait dans des régions d'Afrique en proie à la guerre civile. Comme alternative peu coûteuse, l'industrie s'est alors tournée vers les ferrites.

Récemment, on a ajouté du néodyme, qui est l'un des métaux magnétiques les plus puissants de tous, mais qui nécessite une géométrie différente en raison du champ magnétique court. On peut considérer que le problème de l'aimant est aujourd'hui résolu. Avec l'analyse FEM, nous disposons d'un outil qui permet d'optimiser le champ magnétique en détail.

Le sujet actuel est notre système innovant Air Bass :

Grâce à de nombreuses avancées non seulement dans le système magnétique mais aussi dans les membranes, les bobines vocales et les suspensions, nous disposons maintenant d'excellents haut-parleurs de basses. Ils ont une excursion longue et linéaire et sont très résistants.

Comme on souhaite de plus en plus que les haut-parleurs soient plus compacts, la tâche consiste à obtenir des basses profondes à partir de caissons relativement petits.

L'une des possibilités est ce qu'on appelle un système Bass reflex.

La plupart des haut-parleurs modernes utilisent ce système. Un tube de guidage sonore ou un puits plus ou moins optimisé ventile le haut-parleur vers l'extérieur. La charge d'air dans le tube crée une résonance selon le principe de Helmholz. Cette résonance étend la gamme des basses fréquences vers le bas. Les personnes techniquement expérimentées comprendront que nous n'avons plus un système de 2e ordre comme pour une enceinte fermée, mais un système de 4e ordre. Sans trop parler mathématiques, cela signifie que le haut-parleur à réflexe peut produire des sons plus profonds qu'un système fermé avec le même volume, mais la réponse en fréquence dans les basses fréquences est plus raide, disons en dessous de 40 Hz, que dans un caisson fermé.

Cette limitation de la largeur de bande se traduit par une réponse impulsionnelle moins bonne. En termes de son, cela peut conduire à ce que les très basses fréquences ne soient plus reproduites proprement ou, dans le pire des cas, à ce que le haut-parleur ait tendance à bourdonner. Un système fermé peut également être construit pour produire des basses fréquences, mais cela réduira l'efficacité et augmentera la distorsion. De nombreux haut-parleurs modernes ne parviennent même pas à gérer 84 dB à 1 W sur une distance de 1 mètre.

Pour rendre audibles les basses nouvellement ajoutées audibles, des amplificateurs très puissants sont nécessaires. 2 x 500 W ne sont pas rares et ceux de bonne qualité sont gros et coûteux. Les amplificateurs et les tubes de classe A qui ont le meilleur son ne sont généralement pas disponibles. Depuis longtemps, nous nous demandons s'il existe un moyen de sortir de ce dilemme. Une possibilité est de régler la résonance réflexe en dessous de 20 Hz, car une personne ne peut rien entendre en dessous de 20 Hz, mais seulement le ressentir, comme le "timbre doux" de certains orgues d'église gigantesques (12 Hz à 16 Hz), nous serions tirés d'affaire. Mais cela nécessite une charge d'air plus importante qu'un tube réflexe classique ne peut le prouver.

Grâce à de nombreuses expériences, calculs et mesures, nous avons d'abord découvert que la position du canal réflexe n'est pas sans importance. Il est préférable de dissiper l'énergie sonore dans le canal réflexe directement au niveau du conducteur, où l'énergie sonore est la plus élevée. Dans le système Air Bass, cela se produit directement sous le woofer. 3 canaux conduisent le son vers le bas et débouchent dans une fente visible de l'avant. Il s'agit de la voie sonore 1 : le woofer est situé dans une chambre de pression ( A ). De là, il y a des passages amortis de façon critique vers les chambres B, C et D. Enfin, ce son retardé et filtré mécaniquement s'écoule également dans les 3 canaux par des trous calculés.

Le dessin très simplifié montre l'ARA, le haut-parleur le plus élaboré que nous développons actuellement. Les perçages permettent non seulement une égalisation de la pression du son retardé du woofer, mais sont également dimensionnés de telle sorte qu'aucune onde stationnaire ne puisse se former dans les canaux vers l'extérieur. Un canal réflexe (ou tube) de construction conventionnelle résonne non seulement à la basse fréquence souhaitée mais aussi aux fréquences plus élevées. Il existe même un instrument basé sur ce principe : le didgeridoo. "Le didgeridoo est un instrument à vent de la famille des aérophones, riche en harmoniques, basé sur le principe de génération du son du tuyau rembourré et est considéré comme un instrument de musique traditionnel des Aborigènes d'Australie du Nord" (Source : Wikipédia). Nous ne voulons pas construire un instrument de musique, n'est-ce pas ? Alors nous faisons d'une pierre deux coups, c'est brillant !

Si nous réfléchissons davantage, la question se pose de savoir sur quelle fréquence nous devrions maintenant régler cette nouvelle fréquence très basse. La réponse est : à la résonance naturelle du woofer en plein air. Dans le cas de l'ARA, cette fréquence est de 18 Hz et résulte de la masse des pièces mobiles (diaphragme et bobine) et de la flexibilité (ou rigidité) de la suspension (araignée et surround). C'est là que l'efficacité du principe de l'Air Bass est la plus élevée et limite l'excursion du woofer. Grâce à une conception intelligente, cet effet peut être étendu jusqu'à presque 50 Hz. Les sons très graves ne sortent presque plus que de la fente et la course du woofer en dessous de 50Hz est de plus en plus limitée par la forte charge d'air.

D'où le nom d'Air Bass. Les basses les sons graves sont principalement produites par l'air, pour le dire simplement. Comme la loi "moins d'excursion, moins de distorsion" s'applique aux enceintes dynamiques, les basses sont reproduites beaucoup plus proprement que d'habitude. La large bande passante, jusqu'en dessous de 20 Hz, permet une réponse impulsionnelle propre. Cela peut être prouvé par des mesures dans le domaine temporel (par exemple, diagramme de chute d'eau).

Citation du rapport de test du BEO LX dans le LP 1-2019 : "Le diagramme en cascade ne montre pas de longues répliques, même pas à la limite inférieure de mesure".

convoyeur de courant

Le haut-parleur dynamique est le système le plus souvent utilisé aujourd'hui. First Rice et Kellog des laboratoires General Electric ont créé l'ancêtre du haut-parleur dynamique dans les années 1920.
La construction est fondamentalement très simple et consiste en un aimant, une bobine mobile, un diaphragme et une suspension. À cette époque, il n'y avait pas d'aimants permanents puissants, on utilisait donc une bobine de champ, qui était alimentée en courant continu.

 

Au cours des décennies, des aimants permanents de plus en plus puissants ont été conçus.

L'AlNiCo est un matériau bien connu, qui a encore une bonne réputation aujourd'hui. Il s'agit d'un alliage d'aluminium, de nickel et de cobalt. Dans les années 70, le cobalt est devenu de plus en plus cher, entre autres parce qu'il devait être extrait dans des régions d'Afrique en proie à la guerre civile. Comme alternative peu coûteuse, l'industrie s'est alors tournée vers les ferrites.

Récemment, on a ajouté du néodyme, qui est l'un des métaux magnétiques les plus puissants de tous, mais qui nécessite une géométrie différente en raison du champ magnétique court. On peut considérer que le problème de l'aimant est aujourd'hui résolu. Avec l'analyse FEM, nous disposons d'un outil qui permet d'optimiser le champ magnétique en détail.

Le sujet actuel est notre système innovant Air Bass :

Grâce à de nombreuses avancées non seulement dans le système magnétique mais aussi dans les membranes, les bobines vocales et les suspensions, nous disposons maintenant d'excellents haut-parleurs de basses. Ils ont une excursion longue et linéaire et sont très résistants.

Comme on souhaite de plus en plus que les haut-parleurs soient plus compacts, la tâche consiste à obtenir des basses profondes à partir de caissons relativement petits.

L'une des possibilités est ce qu'on appelle un système Bass reflex.

La plupart des haut-parleurs modernes utilisent ce système. Un tube de guidage sonore ou un puits plus ou moins optimisé ventile le haut-parleur vers l'extérieur. La charge d'air dans le tube crée une résonance selon le principe de Helmholz. Cette résonance étend la gamme des basses fréquences vers le bas. Les personnes techniquement expérimentées comprendront que nous n'avons plus un système de 2e ordre comme pour une enceinte fermée, mais un système de 4e ordre. Sans trop parler mathématiques, cela signifie que le haut-parleur à réflexe peut produire des sons plus profonds qu'un système fermé avec le même volume, mais la réponse en fréquence dans les basses fréquences est plus raide, disons en dessous de 40 Hz, que dans un caisson fermé.

Cette limitation de la largeur de bande se traduit par une réponse impulsionnelle moins bonne. En termes de son, cela peut conduire à ce que les très basses fréquences ne soient plus reproduites proprement ou, dans le pire des cas, à ce que le haut-parleur ait tendance à bourdonner. Un système fermé peut également être construit pour produire des basses fréquences, mais cela réduira l'efficacité et augmentera la distorsion. De nombreux haut-parleurs modernes ne parviennent même pas à gérer 84 dB à 1 W sur une distance de 1 mètre.

Pour rendre audibles les basses nouvellement ajoutées audibles, des amplificateurs très puissants sont nécessaires. 2 x 500 W ne sont pas rares et ceux de bonne qualité sont gros et coûteux. Les amplificateurs et les tubes de classe A qui ont le meilleur son ne sont généralement pas disponibles. Depuis longtemps, nous nous demandons s'il existe un moyen de sortir de ce dilemme. Une possibilité est de régler la résonance réflexe en dessous de 20 Hz, car une personne ne peut rien entendre en dessous de 20 Hz, mais seulement le ressentir, comme le "timbre doux" de certains orgues d'église gigantesques (12 Hz à 16 Hz), nous serions tirés d'affaire. Mais cela nécessite une charge d'air plus importante qu'un tube réflexe classique ne peut le prouver.

Grâce à de nombreuses expériences, calculs et mesures, nous avons d'abord découvert que la position du canal réflexe n'est pas sans importance. Il est préférable de dissiper l'énergie sonore dans le canal réflexe directement au niveau du conducteur, où l'énergie sonore est la plus élevée. Dans le système Air Bass, cela se produit directement sous le woofer. 3 canaux conduisent le son vers le bas et débouchent dans une fente visible de l'avant. Il s'agit de la voie sonore 1 : le woofer est situé dans une chambre de pression ( A ). De là, il y a des passages amortis de façon critique vers les chambres B, C et D. Enfin, ce son retardé et filtré mécaniquement s'écoule également dans les 3 canaux par des trous calculés.

Le dessin très simplifié montre l'ARA, le haut-parleur le plus élaboré que nous développons actuellement. Les perçages permettent non seulement une égalisation de la pression du son retardé du woofer, mais sont également dimensionnés de telle sorte qu'aucune onde stationnaire ne puisse se former dans les canaux vers l'extérieur. Un canal réflexe (ou tube) de construction conventionnelle résonne non seulement à la basse fréquence souhaitée mais aussi aux fréquences plus élevées. Il existe même un instrument basé sur ce principe : le didgeridoo. "Le didgeridoo est un instrument à vent de la famille des aérophones, riche en harmoniques, basé sur le principe de génération du son du tuyau rembourré et est considéré comme un instrument de musique traditionnel des Aborigènes d'Australie du Nord" (Source : Wikipédia). Nous ne voulons pas construire un instrument de musique, n'est-ce pas ? Alors nous faisons d'une pierre deux coups, c'est brillant !

Si nous réfléchissons davantage, la question se pose de savoir sur quelle fréquence nous devrions maintenant régler cette nouvelle fréquence très basse. La réponse est : à la résonance naturelle du woofer en plein air. Dans le cas de l'ARA, cette fréquence est de 18 Hz et résulte de la masse des pièces mobiles (diaphragme et bobine) et de la flexibilité (ou rigidité) de la suspension (araignée et surround). C'est là que l'efficacité du principe de l'Air Bass est la plus élevée et limite l'excursion du woofer. Grâce à une conception intelligente, cet effet peut être étendu jusqu'à presque 50 Hz. Les sons très graves ne sortent presque plus que de la fente et la course du woofer en dessous de 50Hz est de plus en plus limitée par la forte charge d'air.

D'où le nom d'Air Bass. Les basses les sons graves sont principalement produites par l'air, pour le dire simplement. Comme la loi "moins d'excursion, moins de distorsion" s'applique aux enceintes dynamiques, les basses sont reproduites beaucoup plus proprement que d'habitude. La large bande passante, jusqu'en dessous de 20 Hz, permet une réponse impulsionnelle propre. Cela peut être prouvé par des mesures dans le domaine temporel (par exemple, diagramme de chute d'eau).

Citation du rapport de test du BEO LX dans le LP 1-2019 : "Le diagramme en cascade ne montre pas de longues répliques, même pas à la limite inférieure de mesure".

Réalité numérique

Qu'est-ce que le numérique fait de mal ? Pourquoi il-y-a un flot ininterrompu de platines, de tonars et de systèmes élaborés ? Pourquoi ce culte autour des magnétophones, des tuners, des amplificateurs à tubes et des haut-parleurs anciens ? Certaines personnes pensent même que la lecture de musique numérique est mauvaise pour leur audition, voire nuisible à leur santé. C'est là qu'interviennent des accessoires et des câbles ésotériques qui sont aussi couteux qu’une voiture.

Presque toutes les productions modernes (il y a bien sûr des exceptions comme le découpage direct de disques compacts et les enregistrements de bandes analogiques, la plupart du temps avec de la musique audiophile mais pas avec des musiciens aussi performants) sont enregistrées et mixées en numérique.

 

Quel est l'intérêt de presser quelque chose comme cela sur un disque et de dire ensuite : Le disque sonne mieux ?
Nous pouvons seulement imaginer que nous nous sommes habitués aux artefacts de la lecture de disques ou que leurs inconvénients tels que la compression et la réduction de l'atténuation de la diaphonie sont subjectivement perçus comme plus forts et plus spatiaux.

Le bruit profond peut avoir quelque chose de magique et les sifflements et les crépitements peuvent nous rappeler un feu de camp dans notre jeunesse. Maintenant, vous serez surpris de voir que nous aussi sommes des fans du disque vinyle et que nous utilisons l'un ou l'autre ampli à lampes. Quelque chose de si physique, agréable à voir qui a aussi l'air si bien et qui peut être utilisé si merveilleusement, c'est tout simplement cool.

De plus, le disque vinyle ne fait pas obstacle au plaisir de la musique et il est toujours passionnant d'écouter un disque du passé d'une manière totalement nouvelle grâce aux progrès techniques. Cependant, nous sommes fermement convaincus que le numérique le rapproche de l'original. Mais il ne s'agit pas, comme on le prétend, d'appuyer sur un bouton, comme une pilule miracle, et les problèmes de haut-parleurs et d'espace disparaissent ensuite. C'est un peu plus compliqué et nous voulons le décrire dans ce qui suit en des termes aussi compréhensibles que possible.

Il n'est pas nécessaire de l'aborder en profondeur. Notre technologie est conçue pour vous apporter un maximum d'avantages avec un minimum d'efforts. Vous pouvez alors vous consacrer entièrement à votre musique préférée. Toute nouvelle technologie, aussi sophistiquée qu’elle soit, est magique. Et le logiciel Acourate montre que cela se fait de manière très conséquente de nos jours.

Ce logiciel permet de corriger numériquement les haut-parleurs passifs classiques mettre au point des solutions entièrement numériques. Ces solutions sont souvent préférables aux solutions analogiques en termes de confort et de simplicité - par exemple : Le logiciel "Roon". En combinaison avec le streaming haute résolution, vous avez accès au marché mondial de la musique sans frontières de la meilleure qualité’ qui soir.

Nous vous invitons à vous rendre sur le site web www.digitalloudspeaker.com explique bien comment s'y rendre. Nous avons fait la tentative. Nous avons construit notre modèle supérieur ARA avec un crossover numérique en phase linéaire Acourate, avec les mêmes paramètres que dans le modèle analogique passif. Le résultat a été stupéfiant. Seul le mode "live unplugged" est encore mieux. Même nous n'avions jamais entendu une telle musique auparavant. C'est la limite de ce qui est techniquement possible. Nous l'avons fait. Et vous pouvez l'écouter vous-même sur rendez-vous ! Mais attention : cela vous catapultera dans un nouveau monde. C'est addictif !

Et pour répondre à la question initiale : Rien ! C'est la voie royale !

Fractales audio

Attendez un peu ! Comment parler d’une chose qu’on ne comprend pas encore soi-même ? S'agit-il de charlatanerie ou d'huile de serpent, qui, en chine, dans sa substance d'origine, chinoise fonctionne bien contre toutes sortes de choses, mais qui est devenue plus tard l'incarnation même de la supercherie. Le Far West vous salue bien.
Comment pouvez-vous écrire sur quelque chose que vous ne comprenez pas encore vraiment vous-même ?
S'agit-il de charlatanerie ou d'huile de serpent, qui dans sa substance d'origine chinoise fonctionne en fait bien contre toutes sortes de choses (comme l'impuissance, le fardeau de l'homme moderne) mais qui est devenu plus tard le summum de la tromperie. Le Far West vous envoie ses salutations.

Nous allons maintenant émettre une hypothèse :
Non seulement par hasard, mais aussi grâce à d'innombrables expériences et calculs, nous avons découvert un lien qui rend la préparation tonale d'une conserve (enregistrement) par un appareil de reproduction (système Hi-fi) plus agréable et plus accessible. Cela restitue le son le plus naturel !

 

Le premier choc a été de trouver pourquoi le centre acoustique est rarement au milieu, alors que les deux canaux du système ont été réglés au même volume à l'aide d'une technologie de mesure. Bon sang, sur la plupart des morceaux de Steely Dan, la voix de Donald Fagen vient du vote gauche. Si j'ai ensuite ajusté le contrôle de la balance de sorte que la voix de Donald Fagen vienne du milieu, sur beaucoup d'autres enregistrements, cela ne fonctionnait plus et la voix de Billy Holiday, par exemple, venait de coin du vote droit !

J'ai donc acheté un VU-mètre LED pour savoir s'il est vrai que sur certains enregistrements, le son qui sort d’un canal est plus fort. C'est vrai, mais la véritable surprise est venue par la petite porte arrière sous une forme complètement différente : Avec le VU-mètre dans le chemin du signal, le son était meilleur, bien qu'un câble supplémentaire et deux prises par canal soient ajoutés, et les prises en laiton pour le bouclage sur le VU-mètre soient des pièces élémentaires.

Cela ne fait pas seulement outrage au premier mantra du haut de gamme : Aussi peu de transitions matérielles que possible ! Mais aussi au second : "S'il vous plaît, pas de couche de nickel magnétique ! Je me suis alors souvenu d'une expérience que j'avais faite. J'ai coupé un câble de haut-parleur et inséré des zones où j'ai coulé le câble dans de petits blocs de béton. Cela ne fonctionne pas bien sans soudure, donc là encore nous violons la loi des transitions minimales. Cela sonnait vraiment bien, mais je n'ai pas poussé plus loin l'expérience à cause de l'effort.

Je l'ai appelé Fractal Câble, sans savoir exactement de quoi il s'agissait. Plus j'avançais, plus c'était intéressant. Je connaissais depuis un certain temps les travaux du mathématicien Benoît Mandelbrot. Il a découvert l'ensemble de Mandelbrot qui porte son nom, également connu sous le nom de "Apfelmännchen" et a inventé le terme fractal en 1975. Il s'agit d'un objet qui se compose de plusieurs copies à échelle réduite de lui-même. La seule chose que nous devons savoir pour l'instant est que tout ensemble ayant une dimension non entière est une fractale. Les fractales peuvent avoir des dimensions entières, mais ce sont de rares exceptions. La fractale se compose d'un certain nombre de copies réduites d’elle-même, et si le facteur de réduction est le même pour toutes les copies, alors nous utilisons la dimension de similitude. C'est ce qu'on appelle l'autosimilarité. Cela se produit rarement dans la nature de fagon aussi stricte. Ici, les statistiques et la stochastique importent davantage. La branche d'un arbre ressemble à l'arbre, mais sa forme n'est pas totalement identique à celle de l'arbre. C'est de là que vient notre symbole pour les fractales audio. Un bel exemple de fractale dans la nature est le chou Romanesco ou le littoral de la Norvège. Il n'est pas possible de déterminer exactement la longueur du littoral norvégien, car il présente toujours de nouveaux détails à petite échelle. Autre exemple, comme le miroir dans le miroir, l'infini n'est mathématiquement pas vraiment un problème.

Comment cela se passe-t-il, cher lecteur ? Comme dans les romans en fascicules : Le prince et la princesse s'affrontent-ils ? Chez Suesskind, nous représentons la devise : "It's for Live" (C'est pour vivre)
La plupart de nos produits peuvent être mis à jour et améliorés. Comme l'exemple d'un BEO que j'ai converti en BEO LX. Il nous manquait la bonne valeur de résistance dans la gamme des hautes fréquences, nous avons donc utilisé 2 résistances en série pour obtenir la bonne valeur. Nous avons divisé les valeurs entre 6 et 4 avec ce que nous avions à disposition. L'effet sonique m'a vraiment fait tomber à la renverse. Plus de dynamique, plus de transparence, une scène énorme - Nous avions probablement par hasard (Dieu est chance, Heiner Basil Martion) atteint le nombre d’or: 61 à 39. Nous avons ensuite étendu cela aux bobines et aux condensateurs. Là où nous avons utilisé un condensateur de 6,8uF jusqu'à présent, nous avons pris 3 condensateurs en parallèle, dont les 2 valeurs les plus importantes ont été réparties approximativement dans la golden ratio. Cela donnerait environ 3,9uF, 2,2uF et 0,68uF, pour un total de 6,78uF. La valeur de 0,68uF est appelée valeur résiduelle.

Les personnes douées en mathématiques peuvent essayer de calculer un fractionnement encore plus favorable, disons avec 4 valeurs, de sorte que la plus petite valeur soit également en relation avec le nombre d'or de la valeur supérieure suivante. Je dois préciser que les condensateurs ne sont pas disponibles dans toutes les valeurs, il s'agit le plus souvent d'une série E12 ou E24. De plus, il n'est pas encore clair si la golden ratio est optimale pour le son. Il y a aussi d'autres rapports qui existent dans la nature, comme la série de Fibonacci. Le nombre suivant est toujours la somme des deux nombres précédents : 0112358111930 et ainsi de suite. On peut bien observer cela dans les coquilles d'escargots et les coquilles de certains animaux marins. Un immense terrain de jeu s'ouvre ici, donc ce qui a été dit jusqu'à présent doit probablement rester un travail en cours pour toujours. Néanmoins, nous progressons bien et ce sera encore plus coloré. Un autre domaine de notre recherche porte sur les vibrations mécaniques des composants passifs et sur la manière dont elles affectent le son.

Il y a quelque temps, j'ai été invité à la conférence Klangmeister à Lemgo. M. Fricke, de la société Ecouton, y a créé un forum où les concurrents peuvent se présenter. Une entreprise noble. J’avais apporté de nombreuses bobines et condensateurs. Sur une résistance à haute charge et un amplificateur de 100W, j'ai contrôlé les composants, sans haut-parleurs. Avec un Stéthoscope de sages-femmes, on pouvait alors "écouter" les composants. Certains des condensateurs et des bobines étaient si pathologiques qu'ils jouaient gaiement même sans tube. Les meilleurs spécimens étaient pour la plupart en pot et dans des conteneurs en métal, en plastique ou en papier. Mais même les meilleurs n'étaient pas complètement exempts d'artefacts. Ici, il peut être avantageux de diviser la valeur d'un grand composant en plus petits qui ont un rapport favorable. Une grande voix deviendra alors beaucoup de petites, et avec un peu de chance, cela sera moins gênant. Nous pouvons donc affirmer que les composants passifs peuvent être divisés en valeurs plus petites, qui, dans l'ensemble, donnent la valeur souhaitée. Vous pouvez diviser ces valeurs de manière à obtenir un certain rapport numérique, par exemple le nombre d'or ou une série de Fibonacci. Il peut y avoir une division encore plus avantageuse. Les composants peuvent être connectés en parallèle ou en série. Il est également possible de les connecter en parallèle ou en série.

Nous appelons une connexion en série de fragments similaires la fractalisation en série et une connexion en parallèle la fractalisation en parallèle. Les deux peuvent être combinées.

Forme omnidirectionnelle

Depuis le jour ou, en 1950, Harry F. Olsen a publié son article révolutionnaire dans le journal AES nous savons que la forme du coffret peut avoir une influence considérable sur la réponse en fréquence d'un haut-parleur. La diffraction et la réfraction provoquent à la fois une amplification locale et une atténuation par interférence. Les formes optimales sont arrondies à l'extrémité de la sphère ou comportent des baffles fortement déphasés. Cela n'est pas toujours esthétique ou souhaitable et peut être coûteux à produire. J’ai développé une nouvelle technologie et lai lancée avec les haut-parleurs Sonics. Elle avait pour objectif l'élimination des pires défauts causés par les enceintes angulaires. Nous devons tout d'abord déterminer quelles erreurs peuvent être corrigées par des moyens passifs. 

S’il s’agir d’un problème est une surélévation, la solution est relativement simple. Il existe un filtre passif qui élimine la surélévation, parce que cette interférence est minimale en phase. C'est plus difficile avec des trous dans la réponse en fréquence. Nous pourrions passivement n'ajouter aucune énergie, mais seulement l'atténuer.

De plus, il y a des erreurs non corrigibles en ce qui concerne l'annulation. Même si je pompe de l'énergie dans cette interférence avec le DSP actif, cela ne fera qu'empirer. Nous avons constaté qu'en plus du chan freinage ou de l'arrondi, une position asymétrique du conducteur, surtout dans les hautes fréquences, aide beaucoup. Pour le déterminer au préalable, nous utilisons un outil de simulation qui nous permet de déplacer virtuellement le tweeter jusqu'à obtenir un résultat optimal. Nous faisons le plus attention à éviter les trous et nous ne nous soucions pas tellement des exagérations, car elles peuvent être corrigées passivement.

En conséquence, nous nous rapprochons de plus en plus de notre objectif, à savoir que toutes les enceintes Suesskind aient un son "identique" (j'entends par là neutre, naturel, haute résolution, tridimensionnel et dynamique). Bien sûr, un petit haut-parleur a des limites en termes de basses et de volume sonore. La psycho acoustique aide à ce que l'oreille perçoive les trous dans la réponse en fréquence moins que les pics. Le résultat est un "son de signature Joachim Gerhard" que beaucoup de nos clients ont pu identifier depuis des décennies. Large et bien focalisé dans l'image, complètement détaché du haut-parleur, vivant et dynamique, haute résolution sans être gênant, naturel, homogène et équilibré, sans décoloration ni distorsion. Profitez de la balade.

Filtre de transition

En dehors de quelques bons pilotes de haut débit et de l'électrostatique à large bande, nous, les développeurs, n'avons pas d'autre choix que de diviser le spectre en deux parties au moins. Un haut-parleur à deux voies typique possède alors un haut-parleur de bas-médium qui va jusqu'à 3 kHz, puis un tweeter prend le relais.
Le monde est plein de telles constructions et le son va du bon au mauvais. Nous pouvons déjà apprendre ici que même une tâche aussi simple nous confronte à des tâches presque impossibles. Si elle était simple et prévisible, il faudrait au moins que les variantes pathologiques disparaissent. Le signal ne peut tout simplement pas être séparé si facilement qu'il ne soit pas endommagé.
Faire croire que deux choses ne font qu'une nécessite plus que de la magie, même avec un véritable miracle, nous n'arriverons à rien. Elle doit fonctionner dans la vie de tous les jours et pas seulement dans un état de grande illumination. La foi aide, mais seulement si nous mettons l'argent sur la table et si nous nous libérons de ce que nous obtenons réellement.

 

C'est le paradoxe du haut de gamme. Plus d'argent n'est pas synonyme de plus de son, du moins en règle générale. C'est un peu comme l'amour de l'argent. Une belle illusion, certes, mais rien de plus. Un goût de renfermé demeure. Quelque chose n'est pas réel, mais le réel est ce que nous voulons. L'intelligence ne coûte rien, mais nous, les sages, avons dû renoncer à beaucoup de choses dès notre plus jeune âge. Apprendre était à l'ordre du jour, ne pas faire la fête.

"Les intelligents doutent, les stupides croient en eux-mêmes." - Charles Bukovsky. Je ne veux pas prétendre que les filtres transitionnels que nous avons créés résolvent tous les problèmes d'un crossover passif et que la concurrence est trop stupide pour comprendre cela. Au contraire, nous connaissons les inconvénients, mais grâce à la structure choisie, nous pouvons les minimiser de manière à ce qu'ils soient à peine perceptibles. Nous volons donc sous le radar, presque sans nous faire remarquer, ce qui exige non seulement les connaissances d'un bon ingénieur, mais aussi l'acceptation du fait que l'audition est largement subjective et que certaines choses dérangent plus que d'autres. D'où vient donc l'arrogance qui nous pousse à croire que notre solution est la meilleure ?

Eh bien, le meilleur est relatif, mais que dites-vous du fait qu'en 40 ans de vie professionnelle, j'ai participé à au moins 300 salons dans mon pays et à l'étranger, où j'ai réussi à plusieurs reprises à prendre les premières places en termes de son dans des conditions parfois extrêmement difficiles.
Je n’ai jamais hésité à dire que la qualité acoustique de la salle était mauvaise, que le courant n'était pas constant, ou à mentionner d’autres conditions défavorables il y avait. La concurrence avait les mêmes problèmes. Mais maintenant, encore une fois, au filtre de transition ! Qu'est-ce que c'est exactement ? Tout d'abord, nous avons constaté que les filtres manuels ne sont pas une bonne option. Dans le cas le plus simple d'une boîte à deux voies, les conducteurs ne sont ni coïncidents ni coaxiaux. Mais pour l'instant, laissons de côté les systèmes coaxiaux, qui ont leurs propres problèmes.

Habituellement, le tweeter et le woofer sont décalés verticalement et le signal du tweeter atteint l'oreille un peu plus tôt parce que la bobine mobile des basses est décalée vers l'arrière par la profondeur de la membrane. Nous avons d'abord développé une technologie qui peut compenser un décalage de profondeur allant jusqu'à 34mm. Cela est suffisant dans la plupart des cas lorsque la profondeur du cône des basses ne dépasse pas 34mm. Si ce décalage n'est pas suffisant, le haut-parleur peut toujours être incliné vers l'arrière. Avec notre BEO, par exemple, c'est 7 degrés.

Nous pouvons compenser le décalage spatial des haut-parleurs en déplaçant l'ordre et la fréquence du filtre de manière asymétrique. Pour minimiser les erreurs de phase et maintenir le retard de groupe si faible qu'il est inaudible selon les nouvelles découvertes, les croisements de transition commencent doucement dans la zone de prise de contrôle et ensuite plus raides plus loin. Nous essayons de réaliser l'ensemble avec un nombre minimum de composants, car moins de composants signifient moins de pertes. Mais simplifier les choses n'est pas bon non plus, car sinon il y aura des erreurs de linéarité audibles, tant au niveau du timbre que des distorsions non linéaires. À notre avis, nous pouvons être fiers du résultat peut être entendu. Nous ne sommes jamais satisfaits, mais parfois tout simplement heureux.